Archives de catégorie PUBLICATIONS DE L’ECOLE

ParEIDS Benin

Sécurité Economique 1/4

L’Ecole Internationale de Détective et de Stratégie (EIDS), l’une des premières en Afrique dans la formation en Renseignements économiques et en stratégie, fidèle à sa volonté d’accompagner les acteurs économiques et étatiques, propose d’aborder ici le sujet de la sécurité économique. Au cours de cet entretien avec le Fondé de l’EIDS, Mr Clovis ADANZOUNON, Contrôleur Général de Police à la retraite, nous parlerons de long en large de la sécurité économique.

Commençons par voir qu’est ce que la sécurité économique et ses avantages dans cette première partie

  • Que renferme le concept de sécurité économique ?

La sécurité économique est une notion très large, diversement abordée. Mais celle dont nous parlons, est l’une des étapes ou volets essentiels du renseignement économique. Il s’agit d’une démarche globale qui vise la sécurisation du patrimoine informationnel (des entreprises et des pouvoirs publics), la préservation de l’activité économique en général, et de celle des entreprises en particulier, la défense du périmètre stratégique de souveraineté, c’est-à-dire des activités et entreprises sensibles ou vitales.

En d’autres termes, c’est la matérialisation d’une politique d’Etat ou globale visant à protéger et à promouvoir les intérêts stratégiques d’une nation, d’une entreprise à savoir : les découvertes, les brevets, les savoir-faire.

  • Quels avantages la sécurité économique a-t-elle sur les activités économiques des entreprises et par ricochet sur l’économie béninoise ?

La mise en place d’une démarche ou politique de sécurité économique permet à une entreprise et/ou à un état d’identifier les menaces et risques potentiels susceptibles d’influencer sa performance et de veiller à les réduire.

En tant que politique, la sécurité économique n’est pas figée. Elle est dynamique et s’adapte à l’orientation politique globale de développement de l’entreprise ou du pays.

Le déploiement de la sécurité économique aussi bien pour l’Etat que l’entreprise permet d’avoir un avantage concurrentiel par rapport aux concurrents. Par exemple, si nous regardons un peu l’actualité, les Etats Unis ayant constaté que l’opérateur télécom Huawei étant en avance sur les entreprises américaines sur le déploiement de la 5G, usent tous les subterfuges pour ralentir le développement de ce dernier en évoquant tantôt la sécurité nationale, ou encore l’espionnage.

Malheureusement, nos pays africains n’ont pas cette puissance des Etats unis et s’occupent très peu du sort de leurs entreprises. Le Bénin n’a jamais fermé ses frontières à quelque pays sous prétexte de menaces économiques ; mais le Nigéria le fait régulièrement. C’est dire que ce concept ne fait pas encore école dans le langage de nos gouvernants francophones.

                                                                                                                    A suivre…

Renseignements
Contact: +229 95959854/95973421/95962659
WhatsApp: +229 99703811
Facebook: https://www.facebook.com/EIDSBenin/
E-mail: infos@apiasbenin.com
eidsbenin@apiasbenin.com

 

Vous avez aimé, Partager!
    ParEIDS Benin

    Stratégie d’entreprise et stratégie militaire : Atouts pour l’émergence économique. L’Intégrale

     

    Chers lecteurs, découvrons l’intégralité de l’article portant sur l’impact des stratégies militaires et d’entreprise dans la sphère économique avec le fondé de l’EIDS 

    L’Ecole Internationale de Détective et de Stratégie (EIDS), l’une des premières en Afrique dans la formation en Renseignements économiques et en stratégie, fidèle à sa volonté d’accompagner les acteurs économiques et étatiques, propose d’aborder ici un concept déterminant dans le développement de l’économie et la vie des entreprises qu’est la stratégie.

    Au cours de cet entretien avec le Fondé de l’EIDS, Mr Clovis Adanzounon, Contrôleur Général de Police à la retraite, il sera question d’appréhender les convergences qui existent entre deux types de stratégie à savoir celle d’entreprise et celle militaire.

    •  Mr le Fondé de l’EIDS, pourquoi avoir choisi d’aborder le thème sur la stratégie?

    Merci monsieur le journaliste.

    Le choix d’aborder la question de la stratégie en général, est d’amener le citoyen lambda à appréhender les différents aspects de ce concept pour s’en inspirer dans la gestion quotidienne de son entreprise ou de sa vie privée.

    En d’autres termes,  je voudrais à travers cette interview conscientiser nos concitoyens et en même temps jeter les bases d’une collaboration entre les acteurs civiles et militaires dans le cadre de la gouvernance de la Nation voire la gestion des entreprises PME/PMI.

    • Mr le Fondé de l’EIDS, dites-nous ce que recouvre le concept de la stratégie.

    On ne le dira jamais assez, le concept « stratégie » a vu le jour dans le domaine militaire. Ainsi, la stratégie consiste à mobiliser des moyens pour gagner une guerre.  Etymologiquement elle se décompose en stratos qui veut dire armée et agein qui signifie conduire. Art d’employer les forces militaires pour atteindre les résultats fixés par la politique, la stratégie intervient soit pour maintenir la paix donc la quiétude ou pour engager et gagner la guerre.

    Il s’agit de l’art de coordonner l’action de forces militaires,  politiques,  économiques  et  morales  impliquées  dans  la  conduite  d’une guerre ou la préparation de la défense d’une nation ou d’une coalition. On peut conclure que la stratégie définit  les  actions  à mener  pour réaliser les objectifs.

    • Mr le Fondé de l’EIDS, ce préalable fait, qu’est-ce alors la stratégie d’entreprise ?

    De manière très simple, on peut dire que la stratégie d’entreprise est l’ensemble des choix et des moyens définis par la direction générale d’une entreprise à mettre en  œuvre  afin  d’atteindre   les  objectifs  fixés par elle et pour faire face aux entreprises concurrentes.

    Selon d’autres experts, intervenus dans le bouquin STRATEGOR, « la stratégie d’entreprise consiste à choisir  les domaines d’activité  dans lesquels  l’entreprise entend être présente et allouer les ressources de façon à ce qu’elle s’y maintienne et s’y développe. »

    De son côté, Alfred Chandler (Historien de l’économie américaine ; 1918-2007) dira à propos de la stratégie d’entreprise qu’elle est la  détermination  des  buts  et  objectifs à  long  terme  d’une  entreprise  et  le  choix  des  actions  et l’allocation des ressources nécessaires pour les atteindre.

    De ces différentes définitions, il se dégage que la stratégie d’entreprise implique d’abord un choix de domaine d’activité, la détermination d’objectifs clairs, des actions et des manœuvres à mettre en place afin d’avoir un positionnement permettant de faire face aux concurrents du secteur et d’en dégager des plus-values.

    Il s’en suit donc que la stratégie d’entreprise consiste à déterminer les meilleures options en tenant compte des réelles possibilités de l’entreprise (ses ressources humaines, financières et techniques) mais également de l’évolution possible de son environnement.

    • Mr le Fondé de l’EIDS, que peut-on retenir de la stratégie militaire ?

    Selon Clausewitz (Général Prussien ; 1780-1831), la stratégie militaire est la combinaison des différents combats qui composent la guerre en vue d’atteindre le but de la campagne et celui de la guerre ».

    Et pour que cette combinaison soit une réussite, il faut au préalable  bien réfléchir et concevoir détermination ce que l’on entreprend. En d’autres termes, la stratégie militaire vise à penser, organiser et déployer tous les moyens possibles en vue de mettre en toutes circonstances, un pays, un royaume ou un territoire soit à l’abri d’une agression contre son territoire et ses intérêts immédiats, soit l’aider à anéantir les actions guerrières de l’ennemi.

    • Mr le Fondé de l’EIDS, quelle relation existe-t-il entre les deux concepts ?

    Nous pouvons dire que la stratégie d’entreprise et la stratégie militaire sont intrinsèquement liées. A la guerre comme dans une entreprise, il faut avoir un objectif, définir les actions, allouer les moyens, les coordonner pour l’atteinte effective de cet objectif.

    Vous savez, une entreprise vise un marché. C’est-à-dire obtenir des clients, faire des affaires, faire des bénéfices. La volonté première du dirigeant d’une entreprise est de soumettre les clients potentiels à sa volonté ; les amener à consommer ses produits ou services. Ensuite il s’occupe de l’environnement de ses concurrents dans le but de les maîtriser et de les empêcher de se développer.

    Au plan militaire aussi, il y a dans tout processus ou démarche de guerre, une cible à  soumettre. Elle a pour nom : l’ennemi, l’adversaire ou le belligérant. C’est cette cible qui mobilise toute l’attention du stratège ou du commandant en chef.

    Ainsi donc, en entreprise comme à la guerre, c’est la cible qui déclenche le processus cognitif et pratique qui va déboucher sur les buts ultimes que sont : soumettre la cible, détenir un avantage comparatif, gagner l’opinion publique.

    • Mr le Fondé de l’EIDS, peut-on avoir d’autres axes de convergence des stratégies d’entreprise et militaire ?

    Si nous considérons que les marchés sont très souvent des lieux de bataille rangée où les affrontements culminent en chocs décisifs, on conviendra que stratégie d’entreprise et stratégie militaire vont y opérer en adoptant une démarche similaire que nous récapitulons comme suit :

    1. viser la victoire : l’idée consiste à n’engager le combat qu’après avoir accumulé un maximum d’atouts. Il va de soi qu’aucune entreprise sérieuse ne s’engage dans une conquête de marché sans la volonté d’obtenir une part dudit marché.
    2. Choisir son terrain : intrinsèquement lié au premier point, il apparaît que toute entreprise n’engage de bataille que là où elle possède suffisamment d’atouts (coût, qualité, expérience, savoir-faire, réputation, etc.)
    3. La concentration des forces : lorsque le terrain propice est choisi, (le créneau du marché par exemple), il faut alors y concentrer assez de force pour réaliser une percée décisive.
    4. La liberté d’action par la réserve stratégique : l’entreprise, pour conserver sa liberté d’action, doit garder des « réserves en terme de moyens». Elle doit également avoir des plans de rechange pour permettre un redéploiement des forces en cas de modification de l’environnement.
    5. Le risque calculé : Ce principe essentiel pour la stratégie militaire, l’est aussi pour l’entreprise. Calculer les risques, c’est éliminer systématiquement ceux qui ne sont pas indispensables. C’est refuser toute action dont les conséquences peuvent être mortelles ou néfastes.
    • Mr le Fondé de l’EIDS, que retenir en guise de conclusion?

    Je voudrais au terme de notre entretien dire qu’il y a lieu de reconnaître que la transposition de la stratégie militaire dans la sphère « entreprise » n’est pas pour autant parfaite. Ce que j’ai voulu faire comprendre à nos compatriotes et aux lecteurs, c’est le fait qu’il y a un potentiel certain qui existe et qui peut être exploité par les uns et les autres.

    Les questions liées à la stratégie ne doivent plus diviser les civiles et les militaires. Mieux sur le terrain économique, tous peuvent apporter un plus. Il n’y a que notre économie qui en sortira grandie.

    Les bases de la stratégie qu’elles soient d’entreprise ou militaire entretiennent des points de convergences et il est de bon que nos opérateurs économiques, nos dirigeants en tiennent compte pour définir les orientations majeures de développement. Nous ne prônons pas le parachutage des officiers supérieurs militaires dans les entreprises. Mais nous appelons à une prise de conscience pour l’adaptation et l’exploitation judicieuse des valeurs et ressources.

    Au niveau de notre école EIDS, nous faisons l’expérience depuis 2013. Et nous sommes disposés à apporter notre appui à tous ceux qui veulent en savoir davantage. Ils peuvent se rapprocher de nous  à Cotonou, Wologuèdè, 3e rue à droite après la mairie de Cotonou.

     

    Renseignements
    Contact: +229 95959854/95973421/95962659
    WhatsApp: +229 99703811
    Facebook: https://www.facebook.com/EIDSBenin/
    E-mail: infos@apiasbenin.com
    eidsbenin@apiasbenin.com

    Vous avez aimé, Partager!
      ParEIDS Benin

      Stratégie d’entreprise et stratégie militaire : Atouts pour l’émergence économique. 5/5

       

      Chers lecteurs, concluons notre entretien portant sur l’impact des stratégies militaires et d’entreprise dans la sphère économique avec le fondé de l’EIDS 

      Mr le Fondé de l’EIDS, que retenir en guise de conclusion?

      Je voudrais au terme de notre entretien dire qu’il y a lieu de reconnaître que la transposition de la stratégie militaire dans la sphère « entreprise » n’est pas pour autant parfaite. Ce que j’ai voulu faire comprendre à nos compatriotes et aux lecteurs, c’est le fait qu’il y a un potentiel certain qui existe et qui peut être exploité par les uns et les autres.

      Les questions liées à la stratégie ne doivent plus diviser les civiles et les militaires. Mieux sur le terrain économique, tous peuvent apporter un plus. Il n’y a que notre économie qui en sortira grandie.

      Les bases de la stratégie qu’elles soient d’entreprise ou militaire entretiennent des points de convergences et il est de bon que nos opérateurs économiques, nos dirigeants en tiennent compte pour définir les orientations majeures de développement. Nous ne prônons pas le parachutage des officiers supérieurs militaires dans les entreprises. Mais nous appelons à une prise de conscience pour l’adaptation et l’exploitation judicieuse des valeurs et ressources.

      Au niveau de notre école EIDS, nous faisons l’expérience depuis 2013. Et nous sommes disposés à apporter notre appui à tous ceux qui veulent en savoir davantage. Ils peuvent se rapprocher de nous  à Cotonou, Wologuèdè, 3e rue à droite après la mairie de Cotonou.

      Fin

      Renseignements
      Contact: +229 95959854/95973421/95962659

      WhatsApp: +229 99703811
      Facebook: https://www.facebook.com/EIDSBenin/
      E-mail: infos@apiasbenin.com
      eidsbenin@apiasbenin.com

      Vous avez aimé, Partager!
        ParEIDS Benin

        Stratégie d’entreprise et stratégie militaire : Atouts pour l’émergence économique. 4/5

         

        Chers lecteurs, découvrons ensemble avec le fondé de l’EIDS des points de similitudes supplémentaires entre les notions de stratégie militaire et d’entreprise

        Mr le Fondé de l’EIDS, peut-on avoir d’autres axes de convergence des stratégies d’entreprise et militaire ?

        Si nous considérons que les marchés sont très souvent des lieux de bataille rangée où les affrontements culminent en chocs décisifs, on conviendra que stratégie d’entreprise et stratégie militaire vont y opérer en adoptant une démarche similaire que nous récapitulons comme suit :

        1. Viser la victoire : l’idée consiste à n’engager le combat qu’après avoir accumulé un maximum d’atouts. Il va de soi qu’aucune entreprise sérieuse ne s’engage dans une conquête de marché sans la volonté d’obtenir une part dudit marché.
        2. Choisir son terrain : intrinsèquement lié au premier point, il apparaît que toute entreprise n’engage de bataille que là où elle possède suffisamment d’atouts (coût, qualité, expérience, savoir-faire, réputation, etc.)
        3. La concentration des forces : lorsque le terrain propice est choisi, (le créneau du marché par exemple), il faut alors y concentrer assez de force pour réaliser une percée décisive.
        4. La liberté d’action par la réserve stratégique : l’entreprise, pour conserver sa liberté d’action, doit garder des « réserves en terme de moyens». Elle doit également avoir des plans de rechange pour permettre un redéploiement des forces en cas de modification de l’environnement.
        5. Le risque calculé : Ce principe essentiel pour la stratégie militaire, l’est aussi pour l’entreprise. Calculer les risques, c’est éliminer systématiquement ceux qui ne sont pas indispensables. C’est refuser toute action dont les conséquences peuvent être mortelles ou néfastes.

                                                                                                                              A suivre…

        Renseignements
        Contact: +229 95959854/95973421/95962659

        WhatsApp: +229 99703811
        Facebook: https://www.facebook.com/EIDSBenin/
        E-mail: infos@apiasbenin.com
        eidsbenin@apiasbenin.com

        Vous avez aimé, Partager!
          ParEIDS Benin

          Stratégie d’entreprise et stratégie militaire : Atouts pour l’émergence économique. 3/5

          Chers lecteurs, poursuivons notre entretien avec le fondé de l’EIDS pour mieux comprendre le lien entre les notions de stratégie militaire et d’entreprise

          • Mr le Fondé de l’EIDS, que peut-on retenir de la stratégie militaire ?

          Selon Clausewitz (Général Prussien ; 1780-1831), la stratégie militaire est la combinaison des différents combats qui composent la guerre en vue d’atteindre le but de la campagne et celui de la guerre ».

          Et pour que cette combinaison soit une réussite, il faut au préalable  bien réfléchir et concevoir détermination ce que l’on entreprend. En d’autres termes, la stratégie militaire vise à penser, organiser et déployer tous les moyens possibles en vue de mettre en toutes circonstances, un pays, un royaume ou un territoire soit à l’abri d’une agression contre son territoire et ses intérêts immédiats, soit l’aider à anéantir les actions guerrières de l’ennemi.

          • Mr le Fondé de l’EIDS, quelle relation existe-t-il entre les deux concepts ?

          Nous pouvons dire que la stratégie d’entreprise et la stratégie militaire sont intrinsèquement liées. A la guerre comme dans une entreprise, il faut avoir un objectif, définir les actions, allouer les moyens, les coordonner pour l’atteinte effective de cet objectif.

          Vous savez, une entreprise vise un marché. C’est-à-dire obtenir des clients, faire des affaires, faire des bénéfices. La volonté première du dirigeant d’une entreprise est de soumettre les clients potentiels à sa volonté ; les amener à consommer ses produits ou services. Ensuite il s’occupe de l’environnement de ses concurrents dans le but de les maîtriser et de les empêcher de se développer.

          Au plan militaire aussi, il y a dans tout processus ou démarche de guerre, une cible à  soumettre. Elle a pour nom : l’ennemi, l’adversaire ou le belligérant. C’est cette cible qui mobilise toute l’attention du stratège ou du commandant en chef.

          Ainsi donc, en entreprise comme à la guerre, c’est la cible qui déclenche le processus cognitif et pratique qui va déboucher sur les buts ultimes que sont : soumettre la cible, détenir un avantage comparatif, gagner l’opinion publique.

                                                                          A suivre…

          Renseignements
          Contact: +229 95959854/95973421/95962659

          WhatsApp: +229 99703811
          Facebook: https://www.facebook.com/EIDSBenin/
          E-mail: infos@apiasbenin.com
          eidsbenin@apiasbenin.com

          Vous avez aimé, Partager!
            ParEIDS Benin

            Stratégie d’entreprise et stratégie militaire : Atouts pour l’émergence économique. 2/5

            Chers lecteurs, continuons notre entretien avec le fondé de l’EIDS pour bien appréhender la notion de stratégie d’entreprise

            Mr le Fondé de l’EIDS, ce préalable fait, qu’est-ce alors la stratégie d’entreprise ?

            De manière très simple, on peut dire que la stratégie d’entreprise est l’ensemble des choix et des moyens définis par la direction générale d’une entreprise à mettre en  œuvre  afin  d’atteindre   les  objectifs  fixés par elle et pour faire face aux entreprises concurrentes.

            Selon d’autres experts, intervenus dans le bouquin STRATEGOR, « la stratégie d’entreprise consiste à choisir  les domaines d’activité  dans lesquels  l’entreprise entend être présente et allouer les ressources de façon à ce qu’elle s’y maintienne et s’y développe. »

            De son côté, Alfred Chandler (Historien de l’économie américaine ; 1918-2007) dira à propos de la stratégie d’entreprise qu’elle est la  détermination  des  buts  et  objectifs à  long  terme  d’une  entreprise  et  le  choix  des  actions  et l’allocation des ressources nécessaires pour les atteindre.

            De ces différentes définitions, il se dégage que la stratégie d’entreprise implique d’abord un choix de domaine d’activité, la détermination d’objectifs clairs, des actions et des manœuvres à mettre en place afin d’avoir un positionnement permettant de faire face aux concurrents du secteur et d’en dégager des plus-values.

            Il s’en suit donc que la stratégie d’entreprise consiste à déterminer les meilleures options en tenant compte des réelles possibilités de l’entreprise (ses ressources humaines, financières et techniques) mais également de l’évolution possible de son environnement.

                                                                                                                                   A suivre…

            Renseignements
            Contact: +229 95959854/95973421/95962659

            WhatsApp: +229 99703811
            Facebook: https://www.facebook.com/EIDSBenin/
            E-mail: infos@apiasbenin.com
            eidsbenin@apiasbenin.com

            Vous avez aimé, Partager!
              ParEIDS Benin

              Stratégie d’entreprise et stratégie militaire : Atouts pour l’émergence économique. 1/5

              L’Ecole Internationale de Détective et de Stratégie (EIDS), l’une des premières en Afrique dans la formation en Renseignements économiques et en stratégie, fidèle à sa volonté d’accompagner les acteurs économiques et étatiques, propose d’aborder ici un concept déterminant dans le développement de l’économie et la vie des entreprises qu’est la stratégie.

              Au cours de cet entretien avec le Fondé de l’EIDS, Mr Clovis ADANZOUNON, Contrôleur Général de Police à la retraite, il sera question d’appréhender les convergences qui existent entre deux types de stratégie à savoir celle d’entreprise et celle militaire.

              • Mr le Fondé de l’EIDS, pourquoi avoir choisi d’aborder le thème sur la stratégie?

              Merci monsieur le journaliste.

              Le choix d’aborder la question de la stratégie en général, est d’amener le citoyen lambda à appréhender les différents aspects de ce concept pour s’en inspirer dans la gestion quotidienne de son entreprise ou de sa vie privée.

              En d’autres termes,  je voudrais à travers cette interview conscientiser nos concitoyens et en même temps jeter les bases d’une collaboration entre les acteurs civiles et militaires dans le cadre de la gouvernance de la Nation voire la gestion des entreprises PME/PMI.

              • Mr le Fondé de l’EIDS, dites-nous ce que recouvre le concept de la stratégie?

              On ne le dira jamais assez, le concept « stratégie » a vu le jour dans le domaine militaire. Ainsi, la stratégie consiste à mobiliser des moyens pour gagner une guerre.  Étymologiquement elle se décompose en stratos qui veut dire armée et agein qui signifie conduire. Art d’employer les forces militaires pour atteindre les résultats fixés par la politique, la stratégie intervient soit pour maintenir la paix donc la quiétude ou pour engager et gagner la guerre.

              Il s’agit de l’art de coordonner l’action de forces militaires,  politiques,  économiques  et  morales  impliquées  dans  la  conduite  d’une guerre ou la préparation de la défense d’une nation ou d’une coalition. On peut conclure que la stratégie définit  les  actions  à mener  pour réaliser les objectifs.

                                                                                                                                    A suivre…

              Renseignements
              Contact: +229 95959854/95973421/95962659

              WhatsApp: +229 99703811
              Facebook: https://www.facebook.com/EIDSBenin/
              E-mail: infos@apiasbenin.com
              eidsbenin@apiasbenin.com

              Vous avez aimé, Partager!
                ParEIDS Benin

                Comment le manque de Renseignements Généraux a entraîné les Etats et entreprises africaines à investir dans les domaines peu productifs ? 9/9

                Chers lecteurs, concluons notre entretien sur les renseignements généraux avec le Fondé de l’EIDS.

                Mr le Fondé de l’EIDS, comment mettre les Renseignements Généraux au service de l’Economie en Afrique?

                On retient que l’Afrique comme le Bénin doit aller résolument davantage vers le Renseignement économique et s’appuyer pour cela sur le renseignement numérique au regard des atouts que cela présente.

                Le numérique permettant d’engranger plus d’informations avec peu de moyens humains, il est normal qu’une réflexion profonde soit faite dans ce sens par les Etats.

                Industrialiser sainement des renseignements comme le font déjà certaines entreprises privées afin que tout le monde puisse en bénéficier serait déjà un pas pour corriger la perception qui est faite depuis mathusalem sur les services de renseignement.

                Les autorités béninoises actuelles ont l’ambition de corriger les dysfonctionnements ou lacune. Et c’est tout naturel qu’en tant qu’Expert dans le domaine, je propose les approches de solution suivantes pour inverser la tendance en Afrique et au Bénin :

                • les gouvernants africains et béninois doivent faire l’effort de redéfinir les buts des renseignements afin qu’ils ne se limitent plus seulement à la sécurité du pouvoir mais deviennent un cadre de réflexion et d’action globale au service de la sécurité économique et politique de toute la nation.
                • doter leur pays d’une politique nationale de renseignement économique avec un budget dédiés et des infrastructures académiques dédiés;
                • instruire les ambassadeurs afin que leurs actions dans les pays où ils sont envoyés soient orientées vers le renseignement économique pour doper l’exportation ou la mise en place de filières pérennes.

                Nous n’avons pas la prétention d’avoir tout abordé dans cette interview. Ceux qui veulent se professionnaliser en la matière peuvent s’inscrire à l’EIDS. Nous sommes situés  à Cotonou, wologuèdè, 3e rue à droite après la mairie de Cotonou.

                                                                                                                                      Fin.

                Renseignements
                Contact: +229 95959854/95973421/95962659
                WhatsApp: +229 99703811
                Facebook: https://www.facebook.com/EIDSBenin/
                E-mail: eidsbenin@apiasbenin.com
                eidsbenin@apiasbenin.com

                Vous avez aimé, Partager!
                  ParEIDS Benin

                  Comment le manque de Renseignements Généraux a entraîné les Etats et entreprises africaines à investir dans les domaines peu productifs ? 8/9

                  Chers lecteurs, suivons ensemble avec le fondé de l’EIDS  l’aspect des renseignements économiques dans nos Etats.

                  Mr le Fondé de l’EIDS, au regard de tout ce que vous développez, peut-on conclure que le renseignement économique est embryonnaire en Afrique et au Bénin ?

                  Il n’y a pas de peur à avoir pour affirmer cela. Même si nous devons reconnaître l’existence d’initiative dans ce domaine, en Afrique et même au Bénin.

                  J’avais dit en l’entame qu’aujourd’hui, il est plus loisible de parler de la communauté de renseignement. Elle a le mérite, dans les pays où elle est institutionnalisée d’apporter un plus dans le processus du renseignement économique.

                  Les pays développés tels que les USA, l’Allemagne, la France, le Japon, la Chine ont chacun une organisation type de leur système de renseignement économique, basé sur l’information. Elle est la base de tout système. Alors qu’aux USA, le système de renseignement économique est fondé sur une approche libérale marquée par la dispersion des dispositifs d’intelligence économique individualisés, au Japon, il est marqué par une grande importance accordée à l’information comme arme stratégique et ressources collectives  et pour laquelle, environ 1,5 % du chiffre d’affaire des entreprises est investi pour l’acquérir.

                  Sur le continent africain, certains pays font l’expérience d’une organisation du renseignement économique pour assurer la compétitivité de leur Etat et de leurs entreprises. Il s’agit entre autre du Maroc, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Rwanda, de l’Afrique du Sud, Algérie, Tunisie, Bénin etc. Mais les budgets accordés sont insuffisants. Dans la plupart de ces pays, les budgets sont absorbés par les renseignements orientés politiques.

                  Le Renseignement économique dans ces pays pour la plupart est porté d’abord par les associations, notamment celles des opérateurs économiques qui font le lobbying (séminaires, colloques, ateliers de formation, manuel de formation dédié, etc.) pour faire adhérer les pouvoirs politiques. Ces derniers une fois acquis mandatent le plus souvent les ministères en charge des entreprises, du plan ou de l’Economie pour abriter les unités dédiées au renseignement économique. Ce faisant, en l’état actuel, ces systèmes s’apparentent comme des appendices de la politique globale de l’Etat et non comme des dispositifs devant organiser tout le processus de performance des Entreprises et de l’Etat en matière de développement.

                  Par ailleurs, pour renforcer le processus du lobbying, les associations s’appuient sur des formations dédiées dans ce domaine. Au Bénin, l’EIDS est l’une des rares écoles à faire la promotion du renseignement économique.

                                                                                                                              A suivre…

                  Renseignements
                  Contact: +229 95959854/95973421/95962659

                  WhatsApp: +229 99703811
                  Facebook: https://www.facebook.com/EIDSBenin/
                  E-mail: eidsbenin@apiasbenin.com
                  eidsbenin@apiasbenin.com

                  Vous avez aimé, Partager!
                    ParEIDS Benin

                    Comment le manque de Renseignements Généraux a entraîné les Etats et entreprises africaines à investir dans les domaines peu productifs ? 7/9

                    Chers lecteurs, découvrons l’éclaircissement du fondé de l’EIDS  sur les notions de renseignements généraux.

                    Mr le Fondé de l’EIDS, vous introduisez là de nouveaux concepts ?

                    Non. En réalité, il ne s’agit pas de nouveaux concepts mais, des approfondissements sur l’état des outils. En effet,  il  existe deux (02) types de collecte de renseignements généraux à savoir :

                    • la collecte humaine ou renseignement humain et ;
                    • la collecte numérique ou renseignement numérique.

                    Par renseignement humain, on entend un renseignement dont la source d’information ou dont la collecte résulte d’interactions humaines. C’est le type de renseignement le plus ancien qui soit. C’est le squelette du renseignement stratégique. C’est lui qui permet depuis toujours à travers des modalités de collecte passive comme active, d’infiltrer les milieux à fort potentiel de renseignement tels que les milieux narcotiques, politiques, économiques… il s’agit dans ce cas pour les agents d’obtenir par conversations ou interrogatoires des personnes clés, des informations précieuses selon des objectifs précis. Ce type de renseignement produit certes bien de résultats mais se trouve de plus en plus essoufflé pour plusieurs raisons mais reste très prisé dans les pays africains.

                    Par renseignement numérique, on entend tout renseignement dont la source de collecte et de traitement est d’origine numérique.

                    Ce type de renseignement a de l’avenir au regard du développement exponentiel du numérique. Selon les pays et selon les objectifs de sécurité, ce domaine de renseignement connait un développement sans précédent avec une tendance à passer outre les droits privés. Il présente de belles perspectives car de plus en plus les humains consomment davantage du numérique.

                    Tenez ! Au Bénin, rien que pour l’Internet mobile, le Bénin a enregistré un bon significatif de 15% de pénétration d’internet mobile entre 2016 et 2017. En terme clair, au 31 décembre 2017 (Rapport ARCEP 2017)  c’est plus de 4,6 millions d’individus qui ont accès à Internet via leur téléphone contre 2,8 millions en 2016. Et pour chaque Internaute qui se connecte, c’est des milliers de sociétés et officines qui les épient, relevant leurs habitudes, etc. Pierre Pinard dira à propos que : « en 2 minutes, 50 serveurs (50 sociétés) ont reçu et stocké des données sur moi et sur ma navigation (mes centres d’intérêt – mon profil) sans jamais en avoir reçu l’autorisation ! ». Le numérique offre une réelle opportunité de renseignement.

                    Cette activité de renseignement numérique en Afrique,  n’est pas le fait des services d’Etats, qui ont la prérogative du renseignement mais trop occupés à utiliser encore les anciens moyens.

                    Et donc, sur ce terrain du renseignement numérique, on se rend compte que ce sont les sociétés, qui ont le vent en pourpre, d’où une meilleure organisation de la synergie d’action pour faire bénéficier du fruit à tout l’écosystème économique du pays.

                                                                                                                    A suivre…

                    Renseignements
                    Contact: +229 95959854/95973421/95962659
                    WhatsApp: +229 99703811
                    Facebook: https://www.facebook.com/EIDSBenin/
                    E-mail: eidsbenin@apiasbenin.com
                    eidsbenin@apiasbenin.com

                    Vous avez aimé, Partager!